presse musicale

The Strad

L’interprétation de Bukač est en réelle adéquation avec le style, caractéristique, bien soutenue par l’orchestre, et magnifiquement enregistrée avec un équilibre réaliste.

 

Gramophone

“(… )Une compilation judicieuse et très bien exécutée! Bukač nous offre une chaude interprétation, chargée en émotion du concerto de Bartók, alliant souplesse musicale et une sonorité à la fois sombre et douce, le tout accompagné avec sensibilité par l’orchestre de la Radio Tchèque sous la direction de Vladimír Válek. Pour moi, le point culminant de cet audacieux opus est sans doute la Rhapsodie-Concerto de Martinů. D’excellentes versions telles que celle de Josef Suk (Supraphon, 11/95) sont autant de concurrents sérieux, cependant, ce nouvel enregistrement est vraiment convaincant et extrêmement bien conçu.” (Rob Cowan Gramophone Mars 2007).

 

Le Monde de la musique

“(…) Un magnifique altiste, Vladimir Bukač, signe un enregistrement extraordinaire de la Rhapsodie-concerto de Martinu. L´interprétation sobre et expressive de la Trauermusik (musique funèbre) est elle aussi remarquable. Dans la dernière pièce, le Concerto pour alto de Bartók, le soliste fait preuve d´une extraordinaire sensibilité et d´une étonnante intensité sonore (…) Patrick Szersnovicz

 

Maestro Josef Suk – Virtuose de légende du violon tchèque.

” (…) Je connais personnellement M. Vladimir Bukač depuis de nombreuses années. Ce n’est pas seulement un grand musicien et un excellent altiste, mais c’est aussi une personne d’une grande bonté. C’est toujours un plaisir pour moi d’être en sa compagnie (…) ”

Josef Suk, Prague 2010

 

Harmonie – Magazine musical tchèque.

” J’admire particulièrement le niveau artistique et le jeu Vladimir Bukač. Sa technique est excellente, et il nous enchante d’une sonorité très efficace. Ce qui m’a le plus marqué, c’est son sens de l’émotion, de l’interprétation intellectuelle profonde et détaillée de la musique.

Les suites solos structurellement compliquées de Max Reger, étaient impeccablement réalisées.

Après l’avoir entendu se produire à différentes reprises, je suis convaincu que M. Bukač est un grand espoir pour l’avenir de l’alto dans notre pays (…)”

(Dr. Luboš Stehlik).

 

Konzerthaus Berlin, Mai 2012

Staatskapelle St Petersburg. ” (…) finalement commença le Rhapsodie-Concerto, écrit en 1952 par Bohuslav Martinu en exil aux Etats-Unis, point culminant de la soirée – et non des moindres, notamment en raison du superbe instrument ancien de facture italienne sur lequel Bukač a joué la partie solo (…)” Klaus Geitel

 

Festivals/Concerts

“(…) L’interprétation de Bukač est basée sur une technique très sûre aussi bien à la main gauche qu’à la droite. Pour preuve de son intelligence musicale, on peut notamment souligner son mode d’utilisation du vibrato, qui lui sert vraiment à exprimer ses pensées et ses émotions musicales, et ne se limite pas seulement à créer une belle sonorité. Son phrasé est parfaitement en accord avec l’intention du compositeur, le style musical est très naturel, et par la même, très convaincant (…)” Dr. Jan Dehner

 

Répertoire / France

CD L’alto au XX éme siècle. “(… )Un jeu merveilleux, superbe son, belles couleurs, virtuosité et force de cohésion ! Interprétation fabuleuse de la Sonate de Martinu! Il n’y a pas de meilleure version. Il serait presque mieux d’oublier cet autre enregistrement par Moog / ADNY publié chez Naxos (…)”